Sarkozy à Juppé: « pas d’inquiétude avec Fillon, je vais lui faire une offre qu’il ne pourra pas refuser »

Oui comme tout le monde le sait, Lo Canard aussi, l’affaire Fillon n’en finit plus de pourrir la campagne, et les débats de fond. Face à cette situation presque « catastrophique », certains barons de la Droite n’ont plus d’autres choix que, de se tourner vers le « Parrain » de la Droite, autrement dit, à « Don Sarkozy »!

D’après nos sources infiniment fiables, il semblerait qu’Alain Juppé ait demandé l’aide du « Parrain », pour régler la question de « 2F ».

image
Don Sarkozy va-t-il débrancher FF pour Alain?

Voici en exclusivité, la teneur de la conversation entre les deux hommes (nou lé partou!).

Crapotant un cigare de marque Cohiba Behike (d’une valeur de 380€ l’unité), « Don Sarkozy » a écouté longuement Alain Juppé, et lui aurait ensuite dit, avec son léger accent italien: « Alain, mon ami, tu sais que je te respectes beaucoup. Tu as toujours été un homme loyal, on le sait. Aujourd’hui tu viens me voir pour me demander de débrancher « FF »? Mais…est-ce que je vois un peu de respect de ta part? Je n’ai plus souvenir du dernier café que j’ai bu chez toi? Ta femme n’a jamais appelé ma Carla? Ma fille n’a jamais eu un seul cadeau pour sa communion de ta part? Pourquoi aussi peu de respect? Un ami ça ne compte pas?…Est-ce que tu m’as déja seulement…appélé « Parrain »?…tout part en couille, et aujourd’hui tu viens me voir, les larmes aux yeux, le jour où je ne veux plus m’interesser à la Politique. Tu viens me voir, pour que je débranche un mec…et un de mes anciens collaborateurs en plus ». A ces mots un peu durs, Alain aurait répondu : « je ne voulais pas être impliqué dans des affaires…mais, aidez-moi Parrain…s’il vous plaît! », avant de tomber à genoux en lui embrassant la main.

Le « Don » lui aurait alors répondu, dans un brouillard de fumée de cigare, « bon, écoute mon ami…je vais te rendre ce petit service. Ne t’inquiète plus pour Fillon, je vais lui faire une offre qu’il ne pourra pas refuser. Mais avant que tu partes…un jour, ce jour ne viendra peut être pas…quand tu seras président, j’aurais besoin d’un service…mais pour l’instant, rentre chez toi, va embrasser la mama et les Bambinos, tu peux être tranquille, demain tout sera réglé ». D’après ce que l’on sait, les témoins racontent qu’Alain serait alors parti tout sourire et soulagé. Pour lui, ce calvaire semblait véritablement terminé.

Oté, bein sérieu…le Parrain Sarkozy, plu dangereu ke Don Corleone…lété pa un blague. A mon avis, lo canard lé noir pou Fillon astère…


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Source de l’image :mediatopito


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive