Virapoullé : « Les rochers de la NRL pourront librement chuter, s’ils choisissent de tomber en utilisant un parachute »

Oui, Lo Canard vient de l’apprendre, sur la NRL (Nouvelle Route du Littoral), ce matin, un gros rocher s’est détaché de la falaise pour venir s’échouer sur la voie au niveau de la Grande Chaloupe entre la Possession et Saint-Denis. Pour permettre des travaux de purge, les services de la direction régional des routes ont décidé de fermer totalement la route vers 10 heures ce matin.

image
Plus de chutes de roches sans parachute sur la NRL

Jean-Paul Virapoullé, après l’affaire des muselières pour requins, lance une nouvelle proposition aux Réunionnais. En effet, inquiet de cette nouvelle chute de roches et tracassé par la fermeture totale de la NRL, il propose que les rochers de plus de 1 tonne pourront librement chuter, si et seulement si, ces derniers portent un parachute de secours. « Nous ne pouvons interdire la chute de roches sur la NRL. Aussi, moi et les élus régionaux, nous proposons que les rochers pourront chuter librement sur la NRL, s’ils acceptent de porter un parachute de secours. La Région a promis d’utiliser la subvention normalement allouée à la Réserve Marine pour faire l’acquisition de 1000 parachutes pour rochers. C’est une décision forte et réaliste. J’espère que les automobilistes et Réunionnais apprécieront cette mesure. Pour les rochers de plus de 10 tonnes, nous prévoyons une chute en Delta-plane, pour les aider à mieux atterrir su la voie et ainsi, éviter tout drame. Zot y voi! sans la reserve marine, nou sa fé plus pou zot toute et en sécurisant la falaise! », a-t-il dit en conférence de presse ce matin.

Et bein! Merci JPV pou toutesa. Ala un boug la tou compri au risque galets de la NLR! Avec un parachute, na pu de chutes violentes, pu de morts, pu de peur…kossa nou feré pa san JPV! 


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Source de l’image : saintandre974


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive