Pour le slogan « L’Aquabulle : c’est pas La Réunion, mais on n’a pas de requins »…le directeur de l’établissement prêt à demander pardon également aux requins

Oui Lo Canard vient de l’apprendre, après le tollé reçu par l’entreprise « L’Aquabulle » depuis hier pour son maladroit buzz sur le dos des Réunionnais et de La Réunion, son directeur a fait son méa-culpa depuis...y demande pardon, partou, a toute demoune…y fé presk pitié ziska!

Ils ne savent plus comment se faire pardonner cette dinguerie, un marketing viral qui tourne mal, incontrôlé, mal calibré…surtout depuis que l’IRT (Île Réunion Tourisme) a décidé de hausser le ton, en menaçant de porter plainte pour « Publicité honteuse » (voir l’article ici). Depuis, les excuses pleuvent…

publicite-aquabulle
Une publicité qui ne plait pas non plus aux requins…

Mais l’affaire ne s’arrête pas à là…on apprend depuis ce matin que le directeur de l’établissement serait prêt à faire également des excuses aux requins de l’Océan Indien.

En effet, Shark-Utaly, représentant des requins dans l’Océan-Indien demande lui aussi des excuses publiques sous peine de lancer des poursuites en Justice, devant la Cour Européenne des Droits des Animaux, pour « acte raciste animal ».

« C’est un manque de respect manifeste pour les requins. cette comparaison est honteuse et abjecte. Nous sommes un peuple qui a beaucoup souffert…pour ne pas laisser passer ça, nous allons mener une action en justice contre cet établissement. Nous avons ici à faire à du racisme animal, les requins ont aussi le droit de profiter des activités de ce centre aquatique, des toboggans, des piscines, des cocktails… Nou lé pla plus, nou lé pa moin! », nous a dit Shark-Utaly, très en colère contre cet établissement.

Et bein, bèzeman y sa pété dan la kour Patel pou létablissement là…riskape bana y sa pete kom un bulle savon…a vouloir fé lo buzz a tout prix, zot la rodé, zot la gagné…donc pa besoin pleuré astère!


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive