Empoisonnement : Il utilise une recette Internet pour faire une « pizza aux guêpes » et se retrouve à l’hôpital

aid-1807541_960_7202
Empoisonné avec une pizza aux guêpes…congelés.

Oui Lo Canard vient de l’apprendre, une information assez dingue. En effet, hièrosoir, un Réunionnais se serait empoisonné en voulant cuisiner une « pizza aux guêpes », avec une recette trouvée sur Internet. Selon les rumeurs, les ladilafés, il aurait été pris d’un malaise et se serait plaint de graves maux de ventres, après seulement une bouchée et demi de sa fameuse « pizza-guêpes ». Alertés au plus vite, les secours en arrivant chez lui, n’ont pu constater que les dégâts… de terribles dégâts, l’homme, ne respirait plus et s’était évanoui dans son vomi…on raconte que des larves de guêpes lui sortaient par le trou de nez droit. Sur place rapidement, les experts en Guêpologie, après avoir analysé la scène d’empoisonnement sont catégoriques: « la pizza n’était pas cuisinée avec des ‘guêpes péi’ mais des guêpes congelées d’importation de Madagascar ou de Maurice ».

Pour ces spécialistes, cela représente une terrible faute de goût. En effet, cuisiner avec des larves de guêpes congelées est une hérésie alimentaire, la qualité péi est inégalable comme tout Réunionnais le sait….mais surtout, les larves de guêpes après analyses approfondies ont livré un autre secret, encore plus dramatique: les larves ne seraient, en fait, pas des larves de guêpes mais des larves de vers blancs (comme quoi l’histoire y répète! rapel azote sa!).

Le service Anti-poison et d’Analyses Guêpologiques de La Réunion (SAAG) pense pousser plus loin leurs investigations pour déterminer la provenance exacte de ce produit.

13866316-20080985

Oté bein oui, ala enkor un zistoir y fé mal…a force mange produit la pa la Réunion, ala kossa y arrive, kan ou croi mange guêpe, ou mange lo vers….blanc!


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Source de l’image : zinfos974, pixabay


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive