Crise chiens errants: Deux pécheurs de La Réunion proposent qu’on utilise les chiens errants comme appâts pour la pêche aux requins

Oui Lo Canard vient de l’apprendre, depuis quelques temps La Réunion subit une nouvelle terrible crise, à savoir: la « crise chiens errants ». Une crise qui fait du bruit, générant une puissante polémique…avec comme apogée, cette semaine, la sortie de Brigitte Bardot dans les médias. La Réunion après une « crise requins » peut elle encaisser médiatiquement une nouvelle crise animale? La question est lourde, complexe et les politiciens locaux n’ont pour le moment aucune réponse à apporter…si ce n’est de faire tuer tous les chiens errants de l’île.

Aussi, deux pêcheurs de La Réunion, deux frères, André et Thierry Saccouyont proposent une solution novatrice et inédite, qui règlerait à la fois la « crise requins » et la « crise chiens errants »: nos deux génies de la pêche, connus pour leur intelligence hirs norme, proposent, tout simplement qu’on utilise les chiens errants comme appâts pour la pêche aux requins.

« Bein oui! Akoze zot lé kouyon komsa? Nou trape toute chien errant néna, nou koupe azote et nou pèche rekin ensemb zot viande! Komsa une pierre deux coup! Nou regle les deux problème! », nous a dit André Sakouyon, fier de son idée. « O pire, si bana y veu pa koupe lo chien, La mairie na ka souke toute lo chien néna, jette dann la mer pou appate rekin, et anou na peche lo rekin! Bande politicien kelkfois on diré bana lé vréman tro kouyon! », rajoute son frère, en riant.

Et bien, en voilà une grande idée diront certains! On se demande pourquoi la mairie et le Préfet n’y ont pas encore pensé…

En nous quittant, les deux frères nous disent à l’unisson et tous fiers d’eux : « lé zamé trop tard pou arrête reste kouyon ». Heureusement que nos deux penseurs philosophes sont là pour éclairer nos esprits…


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive