Pour lutter contre la surpopulation des élèves. Une école de Saint-Denis expérimente la classe « sans élèves »

Oui, Lo Canard vient de l’apprendre, comme tout le monde le sait, les classes d’écoles sont surpeuplées en France, et La Réunion n’échappe pas à la règle. Aussi, pour lutter contre cette surpopulation des classes, une école dionysienne (à savoir l’école de la Sainte-Zénitude)  à expérimenté une nouvelle technique d’apprentissage : la classe sans élèves!

classe-ecole-788x445
Une classe sans élèves pour lutter contre la surpopulation des classes

Selon les dires du directeur de l’école : « Les cours sont plus calmes, les professeurs sont moins stressés et plus reposés. Les classes ne sont plus surpeuplées, mais libérées. Les professeurs peuvent arriver à l’heure qu’ils souhaitent, voire ils n’ont même plus besoin de venir si cela est gênant. Les élèves n’ont plus à se lever tôt et évitent d’embêter leurs parents pour les déposer à l’école. les élèves n’ont plus besoin de porter des cartables trop lourds pour leur petit dos. Les heures de cours sont fictives et réalisées dans la bonne humeur, sans cris, sans tensions. Les parents, font des économies sur les fournitures scolaires, sur la cantine et les vêtements pour les enfants. Tout le monde est satisfait avec cette technique pédagogique. Une école sans heures de cours, sans élèves, sans devoirs ni punitions…une vraie école de la zénitude. Voila, cette expérience est une réussite et beaucoup d’écoles pensent déjà l’expérimenter à leur tour ».

Malgré l’enthousiasme du directeur, pas sûr du tout que les élèves vont mieux apprendre avec cette méthode « révolutionnaire »..si kontinié komsa, le seul zafère un professeur va apprendre un marmaye, cé koman bien grate son ki toute lanné…


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Source des images :freedom


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive