Filloniste dans l’âme, un jeune Réunionnais s’offre un costume à 7000€ et demande à être mis en examen

Oui Lo Canard vient de l’apprendre, le Fillonisme semble faire des dégâts chez certains jeunes partisans de François Fillon. En effet, un certain Houkatte Tim, se serait déplacé ce matin au commissariat de Malartic à Saint-Denis, habillé en costard « Hugo Boss », pour demander à être placé, comme son idole politique, François Fillon, en examen. Les policiers sur place ont d’abord cru à un canular, mais ont rapidement compris que l’homme parlait sérieusement.

effect-1772029_960_720
Un costume pour imiter son idole

Aussi, sa déposition a été prise en compte par les forces de l’ordre. Le « PrF » (Parti régional Financier) et la « HAIP » (Haute Autorité de l’Imitation Politique) se sont saisis de cette affaire, et vont étudier sérieusement sa déclaration.
Après sa déposition, notre ami Tim, nous a retrouvé pour nous donner ses premières impressions et…le moins que l’on puisse dire, c’est que son discours est stupéfiant. « Ekoute azote Lo Canard, sak mi fé, cé un bon zafère. mi lé soulagé, mi lé zisko bout ek François, my tien bo, my largue pa! Hier ma la vende mon loto pou acheté ce costume Hugo Boss là! top du top! mi néna la classe kom lu astère kan mi pren lo Car Jaune. Mi lé fier! », nous a-t-il dit avec un grand sourire.

Nous lui avons quand même demandé, vous vous en doutez, le pourquoi de tout ça: « François lé innocent, donc noute toute nou doi fé comprendre sa! mi apel toute demoune la Droite a mette un costume la marque et aller demande être mis en examen…noute candidat la besoin soutien oté! plu nora demoune en examen, mieu demoune va comprende li lé innocent ».

Et bein, voila ce qui s’appelle du « jusqu’au-boutisme »…entouka, son message lé lancé! na voir kissa va levé pou fé kom nout kamarad Tim Houkatte!


Si vous aussi, vous souhaitez écrire un article satirique : cliquez ici


Source de l’image : pixabay


Ceci est une fiction humoristique et parodique. Les noms, les personnages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur ou utilisés de façon fictive